Forum du Peuple souverainiste français

Pour un grand rassemblement des patriotes français
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A DROITE, C’EST L’ENCEPHALOGRAMME PLAT

Aller en bas 
AuteurMessage
Emmanuel P
Mousse
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 11/12/2005

MessageSujet: A DROITE, C’EST L’ENCEPHALOGRAMME PLAT   Lun 12 Déc 2005 - 1:33

A DROITE, C’EST L’ENCEPHALOGRAMME PLAT

Outre un passionnant dossier sur la généralisation du fichage de tout nos actes grâce à la surveillance électronique, le numéro 118 du bimestriel Eléments, contient un entretien avec Alain de Benoist qui aurait du faire beaucoup de bruit si la droite française n’était pas lobotomisée depuis de très nombreuses années.

Sous le titre : « Il y a au moins un quart de siècle que je ne me reconnais plus dans aucune famille de la droite française », le « Pape de la ND » dresse un tableau sans complaisance et d’une extrême lucidité. Nous en livrons ci-dessous quelques extraits particulièrement signifiants.

Une droite anti-intellectuelle

« Depuis l’affaire Dreyfus, la droite française n’a (…) jamais beaucoup aimé les intellectuels. (…) L’intellectuel peut se définir comme celui qui essaie de comprendre et de faire comprendre. La droite, bien souvent, ne cherche plus à comprendre. Elle ignore même ce que peut être le travail de la pensée. Le résultat est que la culture de droite a aujourd’hui pratiquement disparu. Elle ne se survit dque dans des cénacles confidentiels, dans l’édition de marge, dans des journaux dont elle est bien la seule à croire que ce sont de véritables journaux. L’ostracisme dont elle a pu être l’objet n’explique pas tout. Non seulement Julien Freund, Jules Monnerot, Thierry Maulnier, Stéphane Lupasco, François Perroux, Louis Rougier, Raymond Ruyer et tant d’autres sont morts sans avoir été remplacés, mais la plupart des auteurs de droite ont déjà été oubliés par ceux qui devraient ou pourraient s’en réclamer. (…) On ne peut qu’être frappé de la façon dont la droite a perdu l’habitude d’intervenir dans les débats d’idée. Si on prend les 100 livres d’idée dont on a le plus parlé depuis un demi-siècle, on s’aperçoit qu’elle n’a pratiquement pas publié une seule ligne à leur sujet. Cela ne l’intéresse pas, cela ne la concerne pas. (…) La droite ne s’intéresse à aucun auteur extérieur à ses repères fétiches, elle n’en discute ou n’en réfute aucun. Elle ne tire même pas profit de ceux qui pourraient lui fournir des arguments. (…) A droite, en matière de travail de la pensée, c’est généralement le désert des Tartares, l’encéphalogramme plat. »

Une droite qui ne pense pas

« La plupart des gens de droite n’ont pas d’idées, mais des convictions. Les idées peuvent bien entendu donner naissance à des convictions, et les convictions se baser sur des idées. Mais les deux termes sont différents. Les convictions sont des choses auxquelles on croit et qui, parce qu’elles sont l’objet d’une croyance, ne sauraient faire l’objet d’un quelconque examen critique. Les convictions sont un substitut existentiel de la foi. Elles aident à vivre, sans qu’on ai besoin de s’interroger sur leur articulation logique, sur leur valeur par rapport à tel ou tel contexte ou sur leurs limites. On met un point d’honneur à les défendre comme un petit catéchisme. La droite aime les réponses plus que les questions, surtout si ce sont des réponses toutes faites. (…) Le travail de la pensée implique d’apprendre de ses erreurs. L’attitude de droite consiste plutôt à ne jamais les reconnaître, et donc à ne pas chercher à se corriger pour aller plus loin. D’où l’absence d’autocritique et l’absence de débat. L’autocritique est perçue comme une faiblesse, une inutile concession, sinon une trahison. (…) Le débat, parce qu’il implique une contradiction, un échange d’arguments, est généralement vécu comme une agression, comme quelque chose qui ne se fait pas.

(…)

L’homme de droite marche à l’enthousiasme ou à l’indignation, à l’admiration ou au dégoût, pas à la réflexion. Il n’est pas réflexif, mais réactif. D’où ses réactions presque toujours émotionnelles devant l’événement. Ce qui frappe, c’est sa façon naïve, sinon puérile, de s’en tenir toujours à la surface des choses, à l’anecdote d’actualité, de tout regarder par le petit bout de la lorgnette, sans jamais remonter aux véritables causes. Quant on leur montre la lune, beaucoup de gens de droite regardent le doigt.

(…)

Comme elle s’intéresse peu aux idées, la droite a tendance à tout ramener aux personnes. (…) Les querelles de droite sont des querelles de personnes, avec à la base toujours les mêmes ragots, les mêmes racontars, les mêmes imputations calomnieuses. De même, ses ennemis ne sont jamais des systèmes ni même véritablement des idées, mais des catégories d’hommes posées comme autant de boucs émissaires. »

Une droite qui se trompe sans cesse d’ennemis

« [Au fond, la droite s’est toujours trompé d’ennemi] de la lutte contre le système de l’argent, qui était son ennemi principal, la droite n’a jamais fait une priorité. Elle a d’abord combattu la République à une époque où il tombait sous le sens que la monarchie de droit divin ne reviendrait plus jamais. Après 1871, elle s’est lancée à corps perdu dans la dénonciation des « Boches » ce qui l’a amenée au nom de l’« union sacrée » à légitimer l’abominable boucherie de 1914-1918, qui a engendrée toutes les horreurs du XX° siècle. A partir de la fin de la Première Guerre mondiale, elle s’est jetée tête baissée dans la lutte contre le communisme et sa « barbarie païenne ». A l’époque de la guerre froide, par peur de ce même communisme, qu’elle aurait du considérer comme un concurrent plutôt que comme un ennemi, elle s’est solidarisée d’un « monde libre » qui consacrait la puissance de l’Amérique, le pouvoir de la bourgeoisie et la domination mondiale du libéralisme prédateur – comme si les horreurs du Goulag justifiaient les abomination du système de la marchandise. Cela l’a amenée à soutenir l’« atlantisme », à approuver le massacre du peuple vietnamien, à se solidariser des dictatures les plus minables, des colonels grecs aux généraux argentins en passant par Pinochet et ses Chicago’s boys, sans oublier les tortionnaires de l’opération Condor, spécialisés dans l’assassinat de « subvertivos » qui, pour la plupart, ne demandaient que plus de justice sociale. Quand le système soviétique s’est effondré, rendant du même coup possible la globalisation, les immigrés sont providentiellement venus prendre le relais pour occuper le rôle statutaire de la « menace ». Confondant les immigrés et l’islam, puis l’islam et l’islamisme, enfin l’islamisme et le terrorisme, elle récidive actuellement en se jetant dans l’islamophobie, démarche véritablement suicidaire et, de surcroît, parfaitement incohérente du point de vue géopolitique. »

Alain de Benoist : « Je suis un homme de gauche de droite »

Alain de Benoist qui avait débuté son entretien en déclarant préférer les auteurs « qui ont su soutenir en même temps ou susccessivement, des positions “de gauche” et “de droite” » le termine sur cette déclaration : « Pour ma part, il y a au moins un quart de siècle que je ne le reconnais plus dans aucune famille de la droite française, et que j’en suis encore moins solidaire. (…) j’ajouterai que je ne me reconnais pas non plus dans une quelconque famille de la gauche actuelle, ce qui m’épargne d’avoir le moindre désir d’être « reconnu » par elle. On pourrait sans doute me définir comme un homme de gauche de droite, ou encre comme un homme qui a des valeurs de gauche et des valeurs de droite. Cela me permet de donner raison aussi bien aux hommes de gauche qu’aux hommes de droite chaque fois qu’ils soutiennent des idées que j’estime justes. Mais en fait, il y a longtemps que je ne me soucie plus des étiquettes. Je m’en soucie d’autant moins que le binôme droite-gauche devient chaque jour plus inopérant comme outil d’analyse. (…) La seule chose qui compte est ce que les gens pensent d’un problème particulier, quelle que soit par ailleurs la façon dont ils se situent (ou ne ses ituent pas) sur l’échiquier politique traditionnel. »

Eléments n° 118 est disponible à www.librad.com ou dans les principales maisons de la presse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souverainistes.forumactif.com
Mousquetaire
Amiral
avatar

Nombre de messages : 174
Age : 67
Votre localisation : Délocalisation obligatoire : Fürstentum Liechtenstein
Date d'inscription : 11/12/2005

MessageSujet: Re: A DROITE, C’EST L’ENCEPHALOGRAMME PLAT   Lun 12 Déc 2005 - 17:36

Permettez-moi de dire qu'Alain de Benoît vieillit mal et se fait une idée assez étrange de la gauche. Il ferait mieux de songer aux moyens décisifs de réformer la droite qui s'avachit. Il ferait bien de réenseigner l'idée de NATION à ceux qui n'en ont plus ou s'en moquent.
Si son article n'a pas fait grand bruit, c'est bien parce qu'il ne méritait pas un tel porte-voix. Alain de Benoît semble avoir oublier l'essentielle loi qui gouvernait l'Ancienne Droite "SERVIR" et non "SE SERVIR". Tout le problème est là. Alain de Benoît ferait peut-être bien de relire Jacques Bainville et Léon Daudet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liechtenstein.li/
 
A DROITE, C’EST L’ENCEPHALOGRAMME PLAT
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» besoin d'un conseil pour les élèves qui roulent trop à droite
» Priorités a droite toujours...
» Y a t-il une solution pour ne plus confondre la droite de la gauche ?
» marche arrière en ligne droite dans une rue en sens unique ??
» Priorités à droite et voies privées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Peuple souverainiste français :: Les souverainistes :: La droite de compromission ou droite courbe-
Sauter vers: